quebec_musique_parallele.jpg

VIDÉO

E27 EN 360

Représentations

Vendredi le 24 juin, 19h00, au jeudi le 30 juin 2022, minuit

Lieu

En ligne

DESCRIPTION

Pour terminer la saison 21-22, E27 vous propose un panorama éclectique d’œuvres musicales réunies par le désir d’explorer notre perception de l’espace sonore. Chaque compositeur qui prend part à ce projet a été invité à intégrer au cœur de sa pièce l’idée du mouvement, de la spatialisation ou de l’immersion en mettant l’auditeur au centre d’un panorama sonore en évolution. À écouter avec des écouteurs pour en profiter pleinement.


Billets gratuits. Vous aimez ce projet et désirez soutenir E27? Contribuez ici : https://www.canadahelps.org/fr/organismesdebienfaisance/erreur-de-type-27/

Et pourtant elle tourne
Aaron Liu-Rosenbaum


La musique n’est rien
Mathieu Campana


Triggers, sans haptique
Nicolas Jobin

PROGRAMME

ET POURTANT ELLE TOURNE
Aaron Liu-Rosenbaum

L'idée derrière « Et pourtant elle tourne! » était assez simple : Je voulais utiliser des enregistrements urbains sur le terrain pour transformer le trafic en musique. Presque tous les sons de la pièce, à quelques exceptions près, proviennent de ces enregistrements. Pour l'aspect visuel, comme les enregistrements me paraissaient comme des « vagues », je voulais expérimenter différentes façons de visualiser les ondes sonores. J'ai donc rassemblé divers types de spectrogramme pour constituer la vidéo, à l'exception de l'horizon, qui se prêtait bien à la superposition des ondes sonores, ainsi qu'au sentiment que cela m'a évoqué.


Bio

Quelles nouvelles formes de création et de recherches sonores deviennent possibles à l’ère numérique et quels impacts ont-elles sur nos modalités de communiquer, de nous autodéfinir et de naviguer dans un monde de plus en plus technologisé? C’est la question qui sous-tend les créations et les recherches d’Aaron Liu-Rosenbaum, professeur, compositeur, et spécialiste en technologies musicales à la Faculté de musique de l’Université Laval, où il est Directeur du programme de Certificat en réalisation audionumérique.

Chercheur polyvalent, il est membre régulier du Centre Interdisciplinaire de Recherche en Musique, Médias et Technologie (CIRMMT) à l'Université McGill, ainsi que chercheur affilié au Laboratoire des Nouvelles Technologies de l'Image, du Son et de la Scène (LANTISS) à l’Université Laval.

Hors du monde académique, Liu-Rosenbaum cumule plusieurs années d’expérience dans l'industrie de la musique new-yorkaise travaillant chez Sony Music Entertainment, et aussi en tant qu’ingénieur du son chez Manhattan School of Music, parmi d’autres. Il vit à Québec avec sa conjointe Yvonne Liu, harpiste accomplie et chef cuisinière extraordinaire, et leur chat musical MouMou.



LA MUSIQUE N'EST RIEN
Mathieu Campana

Interpètes :
Quatuor cerma


Et si l’on pouvait voir la musique ? Il faudra sûrement fermer les yeux pour le faire. La musique n’est rien est  une œuvre pour quatuor à corde qui a été écrite pour que l’on se  promène à l’intérieur, dans le noir total. Une œuvre matérialisée, dans  laquelle le spectateur déambule, seul, dans un dispositif ambiophonique  et en l’absence de tout référent visuel.

Cette pièce d’abord présentée au Théâtre Périscope en mai 2021 dans  un environnement sonore immersif vous est proposée ici dans une version  stéréo concoctée par le compositeur dans l’optique de fixer l’un des  parcours possibles à travers cette œuvre, celui du compositeur. À  écouter ou réécouter dans le noir le plus complet.



TRIGGERS, SANS HAPTIQUE
Nicolas Jobin

Interprètes:
Geneviève Savoie, flûte;
Alexandre Sauvaire, violon;
Raphaël Guay, Jonathan Huard, Nicola Loghrin, percussions.

Que se passerait-il si cinq musiciens s’emparaient d’un studio de production de vidéos ASMR? La pièce Triggers de Nicolas Jobin s’inspire de cet univers pour créer un moment intime  entre le spectateur et les musiciens. Amplifiant et magnifiant les sons  du quotidien et celui des instruments poussés à la limite de  l’inaudible, l’œuvre permet à l’auditeur d’être si près des sons qu’il  pourrait presque les toucher ; comme s’ils étaient sous un microscope  pour en percevoir chaque petit détail, chaque contour. Le tout est réuni  dans une chorégraphie créant une grande célébration du solfège de  l’objet sonore.

CRÉDITS